Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Japon profond pour les nuls

Capitalisme social

15 Mars 2015, 10:32am

Publié par Ohisama Maruzo

Capitalisme social

On parle souvent de “ la droite ” et de “ la gauche ”. Ces expressions sont empruntées à la conception occidentale. La droite, protection de la propriété privée et maintien du capitalisme. La gauche, recherche de la justice sociale qui amène à répartir les ressources de la société par l’intervention de l’Etat.

Le Japon est un cas particulier : l’écart des richesses entre gens fortunés et ouvriers est relativement faible. Il n’y a donc pas de fossé entre les pauvres et les riches. (Personnellement, je pense que c’est la raison pour laquelle le Japon a une si grande force économique.)

Qu’en est-il de l’Etat communiste ? En théorie, la différence entre pauvres et riches ne devrait même pas exister. Il est donc important de trouver pourquoi, dans la réalité, elle est si astronomiquement forte.

Le point de départ de l’égalité tient à un geste : “ Je donne aux autres ”. Mais le communisme commence par un autre geste : “ Je prends aux autres ”. La société basée sur le premier geste produit peu de différences sociales. Quand on reçoit de quelqu’un, on a ensuite envie de donner aussi aux autres. Mais, quand on me prive, j’ai envie de priver les autres. Quand on me blesse, j’ai envie de blesser les autres.

On peut donc dire qu’une spirale positive est à l’oeuvre dans une société qui ne connaît pas de grande différence sociale. Par bonheur, le Japon est une société qui a conservé pendant des siècles cette sorte de spirale positive. On pourrait dire à l’inverse que le communisme est une société qui réussit particulièrement bien à maintenir en action une spirale négative.

Quand il y a pénurie, on enlève aux autres… c’est l’essence de la révolution communiste. Et après que cette spirale négative ait bien fonctionné, il se trouve toujours un homme doté d’un goût particulier du pouvoir pour s’instituer « secrétaire général » du régime.

Cela dit, j’aime beaucoup le pays où je suis né, le Japon. En général, on éprouve de l’affection pour sa famille, sa patrie et enfin sa planète. Il est donc normal que j’aime le Japon. Mais pas seulement par un sentiment patriotique simple : à mes yeux, le Japon joue un rôle important pour la planète Terre toute entière.

Commenter cet article